Pixel facebook
charpente combles cotoncouverture deperditiondephasage efficace equipeetape-chantier etape-isolation ete-hiveretude francegirondegouttiere interlocuteurinterview label maison-sainemapnettoyage-toiture puzzlerapidite rouleau-laine soufflage-cotons vmc
Offre commerciale Juillet - Août

Isol’R vous offre la pulvérisation d’un produit de démoussage sur votre toiture*

*pour tout achat d’une isolation par soufflage en laine de coton hors conditions particulières

Comparatif isolants : quels sont les isolants les plus écologiques pour la maison ?

Catégorie : Conseils

11 Fév. 2019

Vous avez besoin de refaire l’isolation de votre maison mais vous souhaitez utiliser un isolant naturel ? Difficile de s’y retrouver avec la multitude d’isolants présents sur le marché.
Isol’r vous propose ici un comparatif des meilleurs matériaux pour préserver la santé de votre famille et l’environnement.

Trier ses déchets, privilégier les transports en commun ou utiliser des cosmétiques éthiques sont des exemples parmi tant d’autres d’actions citoyennes pour préserver l’environnement. Mais en ce qui concerne l’isolation de toiture ?
Comment choisir le bon matériau isolant ? Existe-t-il des alternatives plus écologiques à la laine de verre qui est l’isolant le plus courant, mais qui reste irritant et difficile à recycler ? Oui, d’autres composants existent pour une isolation plus verte.

Pour dire d’un isolant qu’il est « écologique », on s’appuie sur plusieurs critères : les matières premières utilisées, leurs éventuelles substances nocives, leur énergie grise (c’est-à-dire l’énergie consommée durant leur cycle de vie), leurs possibilités de recyclage, etc. Leur point fort est leur inertie thermique, c’est-à-dire leur capacité à stocker la chaleur et ainsi permettre un meilleur confort thermique l’été. Isol’r a choisi de comparer 5 isolants écologiques :

  1. La laine de coton : la plus résistante
  2. La paille : la moins chère
  3. La laine de chanvre : la plus délicate à poser
  4. La laine de mouton : la plus rare
  5. La laine ou fibre bois : la plus renouvelable

 

  1. La laine de coton : la plus résistante

La laine de coton recyclé se trouve à la fois sous forme de rouleaux ou bien en vrac. C’est le produit que nous utilisons chez Isol’r lors de nos chantiers d’isolation.

Son gros point fort est sa résistance dans le temps, qu’on estime à plus de 50 ans. Composée de fibres extrêmement fines et souples, elle est très légère et possède un excellent temps de déphasage (c’est-à-dire le temps qui est nécessaire à la chaleur pour traverser un isolant). Elle permet également de réguler l’humidité, elle n’attire ni les insectes ni les rongeurs. Enfin, elle est non irritante et ne brûle pas. Quant à son prix, il reste attractif pour un isolant naturel : aux alentours de 10 €/100 mm.

Cependant, la laine de coton doit être appliquée à l’aide d’une machine spécifique et professionnelle. A noter que la qualité premium, conçue à partir de vêtements et de chutes neuves recyclées, est plus rare. Néanmoins, la laine isolante de coton ne possède pas d’inconvénient en particulier. Elle possède donc un excellent rapport qualité/prix.

Retrouvez plus d’informations sur la laine de coton ici.

 

  1. La paille : la moins chère

L’utilisation de la paille comme éco-matériau est assez récente (contrairement au bois par exemple). En effet, on connaît bien la paille pour ses utilisations agricoles mais peu pour ses vertus isolantes.

L’avantage certain de la paille est son prix : c’est en effet le matériau isolant le moins cher sur le marché à valeurs équivalentes : 3 € la botte de paille. Si l’on compare au mètre carré, il faut compter entre 3 € et 8 €/m².

Contrairement aux idées reçues, la paille a une bonne résistance au feu. En effet, la paille en vrac brûle facilement mais puisqu’en tant qu’isolant c’est la botte entière qui est utilisée, sa densité est forte. Elle est également durable, et renouvelable facilement.

Cependant, la paille possède un inconvénient majeur : au contact de l’eau, il y a un fort risque de pourrissement. C’est pourquoi cet isolant ne convient pas à toutes les habitations et vous devez vous assurez d’avoir pris vos précautions avant toute installation de paille : drainage, enduits protecteurs, ne pas la mettre au contact direct du sol, etc.

  1. La laine de chanvre : la plus délicate à poser

La laine de chanvre existe sous plusieurs formes : en granules de chènevotte, (c’est-à-dire d’écorces de plant du chanvre), en granules de fibres longues ou en fibres seules. Elle est de plus en plus utilisée pour l’isolation des maisons, notamment des murs.

Quels sont ses avantages ? L’isolation au chanvre ne constitue pas de danger pour la santé car il ne contient aucun additif. Son odeur est également, à l’inverse de la laine de verre par exemple, particulièrement agréable lors de la pose. Sa conductivité thermique évolue, suivant la forme du matériau utilisé entre 0,038 et 0,048 W/m.K (watt par mètre-kelvin). Plus ce coefficient est bas, meilleure est l’isolation.

Quels sont ses inconvénients ? Comme la plupart des laines isolantes écologiques, le prix est le premier frein. Pour une épaisseur de 100 mm, il faudra débourser environ 18 €/m².

Enfin, à l’inverse de la laine de coton qui est très légère, la laine de chanvre est très dense et délicate à travailler car elle ne se découpe pas facilement. Enfin, si elle est mal aérée, la laine de chanvre sera sensible à l’humidité et donc aux moisissures.

 

  1. La laine de mouton : la plus rare

Peu polluante à produire, la laine de mouton n’est pas seulement une matière première textile mais également un isolant écologique surtout utilisée pour l’isolation des plafonds et des toitures.

Privilégié pour l’isolation hivernale grâce à sa capacité à protéger du froid, cet isolant est sain et possède aussi la meilleure résistance à l’humidité. La laine de mouton est difficilement inflammable et résiste aux conditions extérieures, ce qui lui permet d’être durable. Elle est également très légère.

Malgré une efficacité certaine, la laine de mouton en tant que laine isolante est difficile à trouver. En effet, le traitement est long (par exemple pour enlever son fort côté odorant) et le produit finalement est peu utilisé.

Par conséquent, son prix s’en ressent et avoisine le double voire le triple de la laine de verre, la plus utilisée sur le marché : en fonction de l’épaisseur et du fournisseur, on comptera en général entre 14 € et 20 € pour 100 mm. A noter également qu’elle est sujette à la prolifération des mites si elle n’est pas traitée correctement.

 

  1. La laine ou fibre de bois : la plus renouvelable

La particularité du bois est qu’il sert d’isolant sous plusieurs formes. A la fois en tant que laine de bois, élaborée à partir de copeaux de bois liés le plus souvent par une base de ciment, mais également en tant que fibre de bois. Le plus souvent, il est présenté sous forme de panneaux et non de fibres en vrac.

Avant tout, c’est un matériau renouvelable. La laine de bois est meilleure que la fibre de bois en terme de performance thermique (coefficient de 0,038 W/m.K contre 0,045 W/m.K) mais elles possèdent toutes les deux un temps de déphasage excellent.

La fibre de bois est quelque peu onéreuse : comptez entre 15 € et 20 € le m² pour 100 mm d’épaisseur. Son utilisation est dont à privilégier si lorsque le bois provient de forêts locales gérées durablement. Elle nécessite également d’être protégée par des plaques de plâtre à rajouter au coût total.

Avez-vous besoin
de renseignements ?

Une question, un projet d’isolation à venir ?
N'hésitez pas à nous contacter, nous reviendrons vers vous dans les plus brefs délais.
téléphone : 05 56 45 34 80
suivez-nous :
* Champs obligatoire
Devis gratuit
Aide financière
Parrainage
Contact